© Clément LUCK

Bonjour à tous les lecteurs. Mon père m’a fait connaître la course de cote quand j’étais gamin.
J’ai connu Marc, un grand pilote ; puis Lionel est arrivé en côte.

Petit à petit, il a monté l’échelle et a fini par marquer son nom tout en haut.
C’était un homme agréablement gentil, doux, adorable, toujours prêt à s’amuser en course. Il était et restera le meilleur.
Il est le seul pilote à remporter le Championnat de France et d’Europe la même année.

Lionel, tu nous manques terriblement maintenant. Ils nous reste que des photos, des vidéos et tous ces souvenirs gravés dans nos esprits.
Pour moi, tu resteras le meilleur pilote de course de côte.

Adieu l’ami

Une complicité, des regards échangés et plus qu’une amitié…

Que de bons souvenirs à tes côtés qui seront à jamais gravés dans mes pensées…

Merci pour tout ce que tu m’as apporté mon pinguin…

Ta cloupcloup

© Clément LUCK

Ah ! Moi et mon fils Dylan, nous adorions venir te voir. Tu avais la gentillesse, une conduite extraordinaire et quel suspens avec Chambérod.

Mon fils voulait ta vidéo, nous n’avions pas trop d’argent, alors tu étais rentré chez toi puis revenu avec le DVD que tu lui as ensuite offert et signé.

Pour le moment, nous ne sommes plus retournés voir de course : nous avons l’impression de chercher ton équipe et ton camion.

Voilà, tes fans de Lentilly : Fab et Dylan

Filmé le vendredi 13 août 2010 au bord de la rivière à St Ursanne, Lio prend une boule de pétanque, tend le bras au dessus de l’eau, demande : « Vous croyez qu’une boule ça flotte ? »… puis la lâche.
Cette vidéo a été filmée juste après, durant les recherches de cette fameuse boule.

© D.R.

Je suis passionné de course de côte depuis plus de vingt ans et je n’oublierai jamais les années de course avec Lionel Régal.

J’avais été très marqué en 1997 par la disparition de son père et peut-être encore plus par la ténacité avec laquelle son fils a repris le flambeau en F3000 en 1998. Je trouvais le pari un peu fou et pourtant en fin de saison il gagnait déjà sa première course à La Broque en Alsace.

Il y a eu ensuite les années de compétition acharnées avec Bernard Chambérod, des courses qui se jouaient au 1/10ème à l’arrivée. Et puis en 2005 le premier titre de champion de France, suivi ensuite de 4 autres. Pour le modeste spectateur que je suis, c’est évident que Lionel Régal a fait grandir la course de côte pendant une bonne dizaine d’années. Il était également d’une rare disponibilité pour le public et les enfants qu’il faisait rêver avec son talent, ses voitures, son camion, sa structure.

A la fin des années 2000, il a montré la voie à Nicolas Schatz, qui pétri de talent, lui a succédé. Le 16 août 2010, quand j’ai appris son décès la veille en Suisse, je me suis dit que les courses ne seraient plus tout à fait les mêmes. Je continue pourtant à aller voir les courses du championnat de France, car les tracés sont magnifiques, les voitures me font toujours autant plaisir, mais j’ai toujours un pincement au coeur. Nous ne vous oublierons jamais !

Bravo à Clément Luck pour ce site.